Comment éviter l’effet dents jaunes ?

Synonyme de parfaite santé et d’une hygiène de vie irréprochable, un sourire éclatant est aussi sociabilisant qu’indispensable à une pleine confiance en soi.

 

Comment limiter les risques de dents jaunes ?

Tout d’abord plusieurs facteurs sont à l’origine de cette teinte jaunâtre sur les dents.

Cela est du en partie à nos mauvaises habitudes, avec notamment :

  • le tabac, avec la nicotine contenue dans les cigarettes qui est une substance jaune qui se transfère sur les dents
  • le café, le vin rouge, le thé, les fruits rouges,… qui consommés régulièrement ont tendance à faire jaunir les dents
  • l’acidité des aliments, notamment les agrumes (orange, citron,…), use prématurément l’email de nos dents. L’email donne la couleur blanche à notre dentition et recouvre la dentine qui est de couleur plus foncée. Par conséquent, l’usure de l’email fait apparaître la dentine et fonce ainsi la teinte de nos dents 

Certains médicaments, de la famille des antibiotiques, peuvent jouer également sur la coloration des nos dents.

La famille des tétracyclines, médicament déconseillé aux femmes enceintes et aux jeunes enfants tant que leur email n’est pas formée, a tendance à rendre les dents jaunes voire grisâtre.

Un autre médicament, qui est quant à lui beaucoup plus utilisé, l’amoxiciline, peut aussi jaunir les dents.

N’hésitez pas à en parler à votre médecin, car les risques évoqués ci-dessus doivent être pris en considération par rapport à la maladie traitée par ces antibiotiques.

 

Comment réussir à éliminer l’effet dents jaunes ?

Quand on parle de la teinte de la dent, il faut distinguer la coloration externe, située à la surface de la dent, et la coloration interne qui est propre à la dent.

En ce qui concerne la coloration externe, on peut l’éliminer grâce à un détartrage chez son chirurgien-dentiste.

En ce qui concerne la coloration interne, on pourra proposer un blanchiment des dents.

 

Pour cela il existe 3 grandes techniques, à savoir :

  • La technique dite « ambulatoire » dans laquelle le chirurgien dentiste va réaliser une empreinte, faire confectionner une gouttière sur mesure par son prothésiste et va délivrer à son patient des seringues contenant le produit éclaircissant en lui expliquant comment l’appliquer sur la gouttière. Le patient la portera ensuite entre 1h par jour à toute la nuit sur une période de 8 à 15 jours selon la concentration de produit.
  • La technique dite « au fauteuil »dans laquelle, sur une séance d’une heure généralement, le chirurgien-dentiste va appliquer sur la dent le gel éclaircissant dont les concentrations en peroxyde d’hydrogène sont très élevées, après avoir protégé la gencive avec ce qu’on appelle une digue chimique.
  • La dernière technique est une technique mixte, qui mêle à la fois une phase d’attaque au fauteuil et une phase ambulatoire avec les gouttières. La phase ambulatoire est moins agressive pour les tissus dentaires et offre une meilleure stabilité des résultats dans le temps que la technique au fauteuil, qui est moins contraignante et plus rapide. Les produits actifs sont soit du peroxyde d’hydrogène, soit du peroxyde de carbamide.

En ce qui concerne les contre-indications, il faut être âgé d’au moins 18 ans (maturité du tissu dentaire), ne pas être enceinte et de n’avoir ni carie ni maladie gingivale.

On pourra entretenir ces traitements avec l’utilisation d’un dentifrice blanchissant , 2 fois par semaine, que l’on peut trouver dans le commerce. Ils contiennent des particules de bicarbonate et de silice qui vont avoir un effet polissant.

Certaines méthodes de « grand-mère » ont cours contre les dents jaunes, mais peuvent engendrer quelques risques : le jus de citron va entraîner une déminéralisation de la dent et quand au bicarbonate en poudre, sa granulométrie rend son effet plus abrasif que polissant.

Category: Techniques de blanchiment des dents